Nietzsche : physiologie de La volonté de puissance / Wolfgang Müller-Lauter ; textes réunis et précédés de Le monde de la volonté de puissance par Patrick Wotling ; traduit de l'allemand par Jeanne Champeaux.

By: Müller-Lauter, Wolfgang, 1924-2001 [VerfasserIn]Contributor(s): Wotling, Patrick [ZusammenstellendeR] | Champeaux, Jeanne [ÜbersetzerIn]Language: French Original language: German Analytics: Show analyticsPublication details: Paris : Éditions Allia, 2020Edition: [2ème édition]Description: 236 Seiten ; 19 cmISBN: 979-10-304-2260-3Uniform titles: Nietzsches Lehre vom Willen zur Macht <dt.> Subject(s): Nietzsche, Friedrich Wilhelm 1844-1900 | Philosophie | Wille zur MachtGenre/Form: Aufsatzsammlung
Tags from this library: No tags from this library for this title.
Item type Current library Call number Status Date due Barcode
Bücher Bücher Archiv
2020SF026 (Browse shelf (Opens below)) Available

Verlagsangabe: "L’immense mérite de Müller-Lauter tient à ce que pour la première fois peut-être, dans l’histoire déjà longue pourtant de la critique nietzschéenne, s’est mise en place avec ces travaux une lecture véritablement non dogmatique de Nietzsche : non dogmatique car scrupuleuse, rigoureuse sur le plan philosophique, strictement immanente, qui s’interdit d’importer dans (plus encore d’asséner sur) la pensée de Nietzsche, pour en forcer l’accès, des éléments de doctrine, voire des thèses qui n’y sont pas et ne peuvent pas y être – procédé caractéristique de ce que Nietzsche a lui-même théorisé sous le terme de « manque de philologie »."
Nietzsche s’est employé activement, avec un incontestable succès, à rendre à peu près impossible toute vulgarisation, toute simplification de sa pensée qui n’en annule pas purement et simplement la teneur. L’immense mérite de l’approche de Müller-Lauter tient à ce que pour la première fois peut-être, dans l’histoire déjà longue pourtant de la critique nietzschéenne, s’est mise en place avec ces travaux une lecture véritablement non-dogmatique car scrupuleuse, rigoureuse sur le plan philosophique, strictement immanente, qui s’interdit d’importer dans la pensée de Nietzsche, pour en forcer l’accès, des éléments de doctrine, voire des thèses qui n’y sont pas et ne peuvent pas y être – procédé caractéristique de ce que Nietzsche a lui-même théorisé sous le terme de “manque de philologie”.